“Knight of cups” de Terrence Malick (notes)

Knight of cups

Knight Of Cups” de Terrence Malick.

 

 

“Je n’ai rien compris.”
“Une pub pour parfum.”
“Une pub pour les décorations d’intérieurs”
“Le personnage principal ne dit rien, il pense mais il ne pense pas au moment où nous le voyons à l’écran”
“De belles images mais il n’y a rien mais, attention, je n’ai pas compris le film”
Etc.


 

*Ceci n’est pas une critique sur le film de Terrence Malick mais de simples notes.


 

Knight of cups est un conte. Knight of cups est un poème. Knight of cups se sert en fond (et seulement en fond visuel) d’Hollywood, Knight of cups est une sorte de leçon/cours philosophique. Oui… Ça peut effectivement être compliqué à comprendre. Et, je ne dis absolument pas que j’ai tout compris, certaines parties du films échappent encore à ma compression et à mon intuition, il faudrait que je le revois…

Knight of cups est un film sur la mort, ou ce que l’on peut penser de la mort, ou bien alors comment on peut être en vieillissant…, en se centralisant sur des parties de notre vie. La narration est complément décentrée : nous voyons des passages de la vie de Nick à leurs fins puis les débuts de ceux-ci nous sont alors ‘expliqués’ d’une manière épurée. Comme par exemple le mariage avec Cate Blanchett que Nick n’a pas réussi à faire tenir pour le restant de sa vie, nous comprenons facilement que celui-ci a dû ( car oui.. Il faut faire travailler son intuition dans ce film hypnotique) se laisser-aller à des fantasmes sur le milieu Hollywoodien, changer de femmes, ne pas sembler être assez comblé, chercher ailleurs ce que nous n’avons apparement pas dans notre couple…
Je me suis posé la question sur ce milieu Hollywoodien.. Est-ce que Terrence Malick n’a pas pris ce lieu impitoyable pour montrer comment la vie peut-être parfois dure, non ? N’est-ce pas une excuse que Malick a pris pour montrer le côté déshumanisé du monde Humain? Il n’y a que très peu (voir pas) de plans sur la nature dans ce film, alors que ce réalisateur en fait sans cesse dans ses autres films.., ou bien alors cela se passe carrément dans un monde préfabriqué que peut être celui de Las Vegas, … regardez mieux.

“… I … Think… You .. Are weak..  “

 

Oui… Je crois que Terrence Malick montre un monde sans réalité propre pour nous dire que même dans celui-ci, “il”, l’Homme peut y recevoir des choses, certaines choses ne sont pas très bonnes, d’autres nous font tourner la tête, certaines semblent irréelles, des rencontres, ou bien alors certains sont très terre à terre ; comme le réveil de Nick au tout début du film qui semble lui faire prendre conscience qu’il habite dans un endroit qui le touche, le touche en temps qu’être.
Ce film, pour moi du moins, m’a hypnotisé. Je n’ai pas pu lâcher mon regard sur les images qui se jètent devant nos yeux (certaines tournées en GoPro par Malick lui-même), ni mes pensées qui faisaient des allers et retours au gré des paroles et/ou voix-off pour suivre la narration de Mr Malick.

Les femmes chez Terrence Malick sont vues à travers le corps (les réactions corporelles et/ou visuelles -les paysages désertiques, la plage…-) qu’a l’homme au centre de l’histoire. Il est le catalyseur de ce qu’elles peuvent lui donner. Terrence Malick fait ici un tour de certains types de femmes et nous montre ce que cela peut lui faire et ce que cela fait à son personnage. À la fin, il est en sueur, il n’en peut plus, le monde lui semble fou, le monde lui semble irréaliste mais il reste maître de lui, il fait fasse à ses peurs et commence alors son “nouveau” voyage. Un calme retrouvé de sa jeunesse (là où nous en savions plus sur nous-mêmes mais en aillant des peurs d’enfants…), devenir de nouveau jeune alors que nous sommes devenus vieux ? Que le monde nous a usé ? Qu’est-ce que ce monde a pris de nous à part un corps qu’il nous a donné ? Terrence Malick, là où certains y voir un prêchi-précha, remercie le monde et de ses dons qu’il nous fait. Est-ce mal ? (L’être et l’étant chez Heidegger...)
Est-ce mal de s’intéresser non pas à des séries d’adolescents comme Games of Thrones and co et de se dire que le véritable cinéma est ici dans une recherche de narration, car après tout qu’est-ce qu’une histoire sans narration ? La narration n’est-elle pas la chose la plus primordiale? N’est-ce pas ce que fait Malick dans ses films ? N’a-t-il pas trouvé sa propre narration en tant que cinéaste ? Si.
Terrence Malick ne fait pas du Terrence Malick dans ce film comme le dise certains, il est Malick. Celui qui est derrière la caméra, derrière l’histoire, derrière les acteurs/actrices… Pourtant, celui-ci se cache, n’offre aucune enterview ; car oui, il met son art avant sa personne. Il a raison.
Terrence Malick se sert même de noms connus, comme Natalie Portman, Cate Blanchett, Antonio Banderas, Christian Bale pour faire venir à son art les gens, et les gens à la vue du casting viennent. “Il vous a eu” et cela est dans mieux ! et.. réfléchissez … N’a-t-il pas fait cela pour tout ses films précédents ? Le personnage principal de “La ligne rouge” n’était qu’un acteur peu connu à l’époque, les autres sont là… Les personnages principaux dans “The Tree of Life” n’étaient pas les enfants ? Le personnage principal dans “Les moissons du ciel” n’est-il pas encore un enfant ? Les acteurs principaux dans “Badlands” étaient-ils forts connus/reconnus à l’époque de la sortie de ce film ? “À la Merveille” n’est-il pas un poème filmique offert à sa femme/ses femmes ? hum hum … réfléchissez….

Est-ce donc un mal de ne pas s’intéresser à ces séries comme récemment “Lucifer” ou bien “Jessica Jones” ou bien à du “Teen Wolf” and co, et de se dire que le véritable cinéma n’est pas là ? Qu’on nous leurre en nous montrant des images retouchées par ordinateurs (des fonds vert…) ?
J’ai grandi en regardant des films d’Hitchcock, de Fellini, des films de Kubrick, de la nouvelle vague projetés dans des cinémas de quartiers qui aujourd’hui ferment leurs portes pour laisser la place aux multiplex, tout comme le streaming devient une sorte de mal bouffe. Vous n’avez jamais remarqué qu’il y avait des restaurants de Fast Food non loin des multiplex ?
Des gens restaurent des films de nos jours pour préserver la culture du monde entier, personne n’avait accès à cette mine d’or même avec la VHS…, pourquoi ne pas aller “dans” ces films, faire des liens entre tels réalisateurs et tels autres (comme en musiques)…, ces cultures de toutes parts, venant de pays ci et là, pourquoi ne pas les voir maintenant que nous le pouvons et qu’aussi nous avons cette liberté ?
Coupez votre TV.  Regardez ce qu’y s’offre de nos jours à vous ! Et, remerciez ces gens, comme Terrence Malick, qui vous donnent et non qui vous prennent…

 

Bande annonce :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *